Menu

Spectacle Digital

Création Spectacle Digital

Le projet im@gine

Le projet que je vais mettre en lumière est un spectacle d’improvisation numérique, le premier en la matière, il nous permettra de naviguer sur toute la palette du multimédia.

J’ai créé en 2013 un spectacle d’improvisation alliant théâtre et nouvelles technologies.

Ce spectacle s’est fait avec des comédiens professionnels et était destiné à des programmations culturelles dans des salles de spectacles adaptées (au moins 250 places, bien équipées).

Le synopsis

Im@gine met la technique au service du jeu et, pour la première fois, les comédiens sont réellement mis en scène par le public.

Le spectateur muni de son smartphone choisit les décors, contraintes, personnages… imposés aux comédiens. Ces derniers, découvrant la scène, bercés par un musicien improvisateur, illustrés par des vidéo-projections, laisseront leur im@gination nous porter vers l’émotion, le rire ou la performance.

Tel un jeu vidéo, ils voyageront dans un monde imaginaire où tout devient possible !

LA SCENE

Un chercheur en imaginaire utilise les nouvelles technologies pour repousser les limites de l’impossible.
Il sélectionne quatre cobayes volontaires et stimule leur spontanéité dans son laboratoire numérique.

LE PUBLIC

Le public sera le témoin, l’acteur et les doigts de cette expérience. 
Avec un smartphone ou tout appareil accédant à internet, il confectionnera l’improvisation qu’il souhaite voir.

www.imagine-impro.fr

La conception du spectacle a mis neuf mois. Il s’agit bien sûr de gérer la partie théâtrale (répétitions, décors, scénographie, plan de feu), la partie commerciale (dispositifs de partenariats, communication autour des dates de représentations…).

Gestion de projet scénique

llustration n°3.2.2- Photographies spectacle (1/03/2013 - Vincent Coudeyre - D-Graph.com)

Il s’agissait également, pour la première fois dans l’histoire de cette discipline, de concevoir des genres scéniques avec les technologies nouvelles.

Ci-dessous quelques catégories inventées :

ALEATOIR SOUNDS : Une scène se déroule, une application de sons envoie des impulsions dans l’histoire.

CLIP VIDEO : Chanson illustrée par des projections live et autres médias.

CONFERENCE TED : Une présentation est projetée, le cobaye conférencier découvre les diapos.

DESTINS CROISES : Deux cobayes dans deux lieux projetés jouent séparément avant de se retrouver dans un lieu commun.

DOUBLAGE : Une séquence de film est projetée, les cobayes réinventent les dialogues de tous les personnages.

DRAMA : Dans un décor légèrement projeté, les cobayes jouent avec des émotions justes en évitant la recherche des faveurs hilares du public.

GENERATEUR DE PERSONNAGES : Un témoin du public lance un générateur de personnage depuis le Web.

MEDIATHEQUE : D’après une œuvre littéraire, les répliques d’un seul personnage sont projetées, un cobaye les lit et les interprète. L’autre invente les répliques cachées.

OMBRERIE : Un théâtre d’ombre version vidéoprojecteur via des images de couleur ou de décor.

SITCOM LIVE : Se joue en deux espaces : l’espace scénique meublé et l’espace en studio fond vert avec une pièce de l’appartement incrustée.

SONOTHEQUE : Les cobayes sont alignés en fond de scène, s’avancent et reçoivent un son qu’ils intègrent pour de courtes séquences.

TEXTO : Les cobayes intègrent des mots projetés préalablement envoyés par le public.

VISIO : Un cobaye interagit avec la projection d’un autre en duplex depuis le studio.

Atout majeur du spectacle : l’application web

Développé en appui sur une base de donnée MySQL, elle permet au spectateur de choisir la suite du spectacle (type de catégorie, nombre de comédiens, orientation par liste de choix ou par mots envoyés). Les données sont ensuite traduites en graphiques et projetées durant le spectacle.

Le site de vote (illustration 3.2.3) a été réalisé avec deux développeurs. Pour bien concevoir la demande j’ai établi une maquette. Vous trouverez en annexes (annexe 4) une version corrigée durant l’avancement du projet.

Il nous a fallu étudier spécialement le réseau pour permettre à 250 Smartphones, tablettes ou ordinateurs de se connecter au site rapidement pour ne pas affluer sur le rythme du spectacle. Pour cela nous avons configuré deux relais Wifi libres d’accès suffisamment puissants pour ne pas briser la connexion internet. Dans ce sens, une optimisation maximale des données du site a été faite.

Notre interface d’administration permet au metteur en scène du spectacle de placer chronologiquement son spectacle en remplissant des champs dédiés (nom de la scène, question posée au public, type d’interaction, affichage ou non des votes).

Je me suis chargé de toute la partie graphique ; conception de flyers, affiches, cartes de visite avec QR Code. Le visuel est composé à partir des photographies des comédiens retouchées et robotisées ; en découle l’intégralité des supports numériques dont les pages web, des vidéos de bandes-annonces pour les réseaux sociaux et des vidéos d’introduction et de clôture durant le spectacle. Les vidéos ont été montées sur Adobe Première et After-Effect pour les titrages et effets.

Une des inconnues était la gestion de la vidéo live durant le spectacle. J’ai collaboré avec l’association « A contre plongée », spécialiste en projection live, qui possède un gros parc matériel et met à disposition caméras HD télécommandées, projecteurs, écran vert et mélangeur vidéo pour gérer la transmission des différentes sources dont les ordinateurs pilotants les médias programmés. Cette pépite nous a notamment permis de créer la catégorie SITCOM LIVE sur fond vert.

Un tel projet se préparant sur une année, sa gestion doit être planifiée. J’ai mis en place un diagramme de Gantt pour toutes les tâches du projet (multimédia, web, réalisation de vidéos, communication, ateliers théâtre), notamment pour maîtriser le timing sur la dernière ligne droite. Ce diagramme a permis de lister les différents acteurs du projet et de placer les dates d’échéances définitives.

Des outils de travail collaboratif ont aidé à l’organisation (cloud, dropbox, agenda partagé, listes de contacts…)

En somme, Im@gine a été le point de départ d’une nouvelle piste mêlant mes compétences passionnelles. Ce spectacle reste un laboratoire en construction permanente, dès 2015 il a été relifté et rejoué. De 2013 à 2014, il a été joué 15 fois dans le cadre de saisons culturelles. Chaque spectacle nécessitait : 1 metteur en scène, 5 comédiens, 1 musicien, 1 régisseur son et lumière, 2 régisseurs multimédia, 1 régisseur vidéo, 1 responsable web et réseau, 1 à 2 cadreurs, sans compter les chargés de logistique de la salle comme pour tout autre spectacle.

Les pistes sont grandes et infinies, la technique est très présente sur le spectacle, ce qui génère un maximum de risque. Cette expérience a été fructueuse dans mes acquisitions de connaissances techniques et ma gestion de projet numérique du tout début à la toute fin.

Vers Imagine reloaded

Pour la saison 2015/2016, deux pistes s’offraient à moi : relancer Im@gine avec de nouveaux apports techniques et artistiques mais en gardant la forme courte (spectacle divisé en 10 scènes courtes) ou un nouveau concept plus orienté « longue forme ».

A vrai dire, ma toute première envie était de créer un spectacle « longue forme ». Les comédiens jouent une seule et même histoire sur une longue partie (de 45min à 2h), des insertions médias, proposées par le public et le maître du jeu, animeraient et relanceraient l’histoire.

Cet élan a été mis de côté au fur et à mesure de la conception tant les contraintes techniques prenaient le dessus. En priorité, la technique doit servir l’histoire et non l’inverse. Il nous fallait d’abord maîtriser cet élément nouveau dans le spectacle vivant. Et ce, avec le temps et les moyens financiers disponibles (4000 Euros pour la création, 2500 Euros environs pour une représentation vendue). Désormais la machinerie technique est en place, ainsi que la ligne artistique et la structure administrative qui chapeautent le tout.

A moi de faire des choix et de m’entourer pour la gestion globale, j’ai été seul décisionnaire pour ce projet, je ne souhaite plus l’être pour les prochains.

Les enfants d’im@gine

Dans l’optique de proposer de nouveaux spectacles aux programmateurs de salles, j’ai chaque année présenté un nouveau projet. La souche du spectacle reste la même. Les éléments technologiques (réseau, application, vidéos, projections...) sont les mêmes. L’habillage graphique change, ainsi que l’ambiance et le scénario du spectacle.

Pour Contrat à durée Improvisée (Illustration n°3.2.4), nous avons rajouté un formulaire d’élection du vainqueur du CDI. Les données, répondant à des barêmes et des coefficiants, ont affiché un classement pour la scène finale.

Pour Cupidons (Illustration n°3.2.5), nous avons rajouté un formulaire d’accueil où les spectateurs, venus assister à un speedating et munis de leur smartphone, inscrivent leur profil et répondent à des listes de choix (passions, type de relations...). Au cours du spectacle, nous projetteront le nom du couple qui se correspond le plus grâce à l’agorythme de l’application développée.

La prochaine création est en phase de projet pour la saison culturelle 2019/2020. La signature digitale sera maintenue mais sans doute dans un genre théâtral non imrovisé. L’improvisation nécessite également un grand sens de l’improvisation des techniciens. Cette période a été d’une richesse illimitée, mes envies actuelles se tournent d’avantage vers un travail plus écrit. Cet exercice permettra à coup sûr de concevoir des projets multimédia plus complexes et plus importants mais également de tendre vers des technologies qui m’attirent tels que le mapping ou la réalité virtuelle.

Contrat à Durée Improvisée - 2016

Quatre comédiens sont immergés dans la WASIMEX, une florissante start-up. Ce qu’ils ne savent pas, c’est que le Directeur des Ressources Humaines leur a concocté un défi : démontrer aux actionnaires qui est le meilleur pour le poste de Manager. Il s’agira pour eux de se dépasser pour mettre en avant leurs qualités de dynamisme, cohésion, entrepreneuriat, animation… afin de décrocher le poste !!!

La soirée se transforme alors en un curieux et détonnant happening !

Cupidons - 2017

L’amour, ça ne s’improvise pas? Détrompez-vous!

La start-up «Cupidons» mise son développement sur une soirée de rencontre avec les célibataires les plus en vue du moment. Son objectif : créer le couple idéal.

Pour cela, notre relation love manager usera de malice tout en s’appuyant sur le public témoin. Niché dans l’air du temps, le smartphone est l’outil dédié aux votes et aux propositions afin de mettre les candidats au défi. Cette soirée épicée peut également être propice à des rencontres dans le public via notre application Cupidons Spice. Cupidons ensemble!

  • Visuels Improvisation digitale // 2013 - 2017
  • Pour «Imagine Improvisation 3.0» (voir illustration 2.1.8), j’ai composé avec des couleurs acidulées fortes et un design assez minimaliste. Typographie antique fine et élégante ‘Century Gothic’ pour les titres. Typographie ‘arial’ que j’ai déstructuré sur Photoshop puis vectorisé32 pour le logo.

    La banque d’image ‘Getty Images’, une des plus anciennes et des plus réputées, a récemment prédit pour tendance des années à venir le principe du Color Surge : «la couleur n’est plus qu’une composante d’une image, elle en est devenue la star». Et trouve son apogée sur Instagram, réseau social sur lequel chacun se croit directeur artistique».

    L’approche de l’image est alors plus onirique et démocratique pour faire passer le message. J’ai appuyé une intensité graphique marquée des visuels à bases des 3 couleurs sur fond blanc, emmergence de la dynamique de Flat design33 contemporaine. Elle s’applique plus particulièrement aux technologies numériques.

    Illustration n°2.1.11- Teasers Imagine - Photographie A.Matzen

    Pour le deuxième spectacle «Contrat à Durée Improvisée» (voir illustration 2.1.9), plus axé sur l’humour, dans l’univers des ressources humaines d’une entreprise, l’identité allait être moins futuriste. L’idée était de travailler sur la notion ‘corporate’, très en vogue dans le milieu de l’entreprise. On retrouve cette image aseptisée dans les banques d’images proposant des photographies positives et parfaites des comportements. Ces photographies sont abondamment utilisées par tous les grands comptes aussi bien dans le secteur tertiaire que dans l’industrie.

    J’ai ainsi voulu travailler sur le rouge et le bleu, deux couleurs fortes mêlant rigueur et sérénité. L’ajout d’éléments graphiques imposants apportent une touche proche des affiches que l’on retrouve autant dans les spectacles parisiens que chez les anglo-saxons, dont la principale, voire unique mission est d’accrocher l’oeil du passant. La recherche artistique passant alors au second plan.

    Je souhaitais mettre en place des teasers humoristiques destinés aux réseaux sociaux. En amont de la composition graphique, j’ai donc propulsé un shooting avec le photographe Alexis Saettler. Cette séance avait pour principal objectif d’illustrer l’affiche avec trois candidats au casting en salle d’attente accompagnés d’un insolite clown. Nous avons développé un scénario autour d’une société fictive (La Wasimex) spécialisée en micro-fluides. ( voir Annexe 2)

    Le dernier spectacle «Cupidons» (Illustration n°2.1.10) est une adaption de «Contrat à durée improvisée» en remplaçant la soirée de recrutement par une soirée rencontre amoureuse. Pour l’affiche nous souhaitions trouver un visuel jouant des clichés amoureux et si possible y ajouter une note comique. Le visuel final met en scène un cupidon assumé avec sa dégaine rock and roll. Pour la photographie, nous avons travaillé en studio avec la photographe Paola Guigou qui a pris 80 clichés. Suite à quelques retouches colorimétriques et la transformation des ailes, l’image nous semblait correspondre parfaitement à nos attentes. Elle a été très bien reçue par le public. Mise à part la fresque graphique du titre, la composition assez minimaliste, laissant place à la force de la photo.